LES DATES MARQUANTES DE SON HISTOIRE
1870

La reine Ranavalona III autorise Joseph Sewell, missionaire de la Friends’ Foreign Missionary Association ou ffma (Frenjy pour les Malgaches), à construire une école sur un terrain qu’elle a octroyé à l’Association. Sewell appelle Ambohijatovo (Au-village-des-jeunes) le domaine. C’était, au début, une maison en jonc, puis, plus tard, en briques (inaugurée en juillet 1881). La structure du bâtiment se transforme progressivement. Il est toujours là, connu actuellement sous le nom de Vohipiraisana (Village-où-on-s’assemble), après avoir porté pendant plusieurs décennies le nom d’Ambohijatovo Atsimo (Ambohijatovo Sud), par opposition à Ambohijatovo Avaratra (Ambohijatovo Nord), où se trouve une autre école protestante.

1896

La London Missionary Society ou lms ou encore Société de Londres vient de terminer un établissement scolaire à Faravohitra (actuellement ministère de la Justice), lequel aurait dû dispenser un enseignement supérieur aux sortants de l’école ffma d’Ambohijatovo et aux sekolara (scholars), une de ses institutions. 6 août 1896 : Madagascar devient colonie française. Le pouvoir, sous la direction du Général Gallieni, Gouverneur général des colonies (1896-1905), réquisitionne, avec indemnisation, le bâtiment et l’affecte aux Affaires civiles, puis, plus tard, à la Justice.

1901

Les missions protestantes ffma, lms et mpf ou Mission protestante française ou encore Mission de Paris créent ensemble une école, à laquelle elles donnent le nom du missionnaire protestant Paul Minault, assassiné en 1897 par les nationalistes européanophobes Menalamba (Ceux-aux-toges-rouges), disent les uns, par des militaires français, disent les autres, Minault n’appréciant guère, semble-t-il, la politique de Gallieni.

Pour commencer, les Missions empruntent pour une durée courte la maison de la sœur de la reine Ranavalona III à Ambatobevanja (dans la Haute-Ville de la capitale) ; avril 1901 : déménagement à Antaninandro, un quartier du versant nord de la colline de Tananarive, puis, juste à côté, à Ambondrona, où l’Ecole demeure jusqu’en 1915. Sa vocation : la préparation aux concours d’entrée dans l’Administration et à l’Ecole de médecine.

1915-1949

Déménagement dans l’enceinte de l’actuelle école appelée Ambohijatovo Avaratra. L’entrée se fait sur concours, le candidat doit avoir plus de quinze ans et doit fournir un certificat de bonne conduite délivré par son pasteur. La grande majorité des entrants à l’Ecole sont titulaires du certificat d’études du second degré (cesd). Les élèves sont destinés aux concours d’entrée à l’Ecole de médecine.

1948

La sixième Conférence intermissionnaire du 3 au 9 avril consacre un chapitre entier à l’Ecole Paul Minault : l’établissement deviendra mixte, des classes terminales seront créées ; il poursuivra la préparation des élèves au concours de l’Ecole de médecine.

2 MARS 1949

Déménagement à Ambohijatovo, dans le bâtiment de la ffma, créé en 1870 par Sewell. Se souvenant de la fin des années 40 et du début des années 50, M. Causse, ancien enseignant de l’Ecole, révéla dans sa communication lors de la rencontre des anciens de l’Ecole à Montpellier les 30 et 31 jullet 2005 : « C’est là que j’ai eu deux de mes plus brillants élèves en mathématiques, dont Albert Zafy ».

MAI 1949

Ouverture de l’établissement aux jeunes filles. Il y a alors 150 élèves, un internat pour les garçons et un autre pour les filles.

1950

Ouverture d’une classe préparant au baccalauréat 1re partie.

1951

Après une rencontre de volley-ball à l’issue de laquelle l’Ecole Paul Minault sort vainqueur face au lycée Gallieni, dont la grande majorité des élèves est française, une bagarre éclate. Les Pata (surnom donné à l’Ecole et à ses élèves) appellent à la rescousse les élèves malgaches des autres établissements. Ceux de l’Ecole se reconnaissent par un sifflement reproduisant une phrase à connotation nationaliste, utilisée jusqu’à nos jours : « Je t’aime, ma patrie » ; le cri de guerre est, paraît-il, un turlututu des scouts : « Sagorogorona taboum… ze… Pata aloha… vy ». La seconde partie de ce cri signifie : « Pata, quand même, c’est du fer » (dur comme du fer = fort).

On ne sait pas l’origine du mot « Pata », désignation familière utilisée jusqu’à maintenant : certains disent que c’est l’expression argotique écourtée du français « patron », d’autres avancent qu’il s’agit de la première et de la dernière lettres du nom « Paul Minault » : Pa et t[a]. Jusqu’à maintenant, impossible également de dater cette désignation.

1958

Ouverture des séries classiques, modernes, sciences expérimentales du baccalauréat.

1965

Décision de construire un établissement à Androhibe, sur un terrain domanial, dans la zone nord de Tananarive.

1973

Logo et hymne de l’Ecole.

Avril 1977

L’Ecole déménage à Androhibe.

De 1901, année de sa création, à nos jours, l’Ecole a connu onze directeurs, successivement : MM. André Chazel, Etienne Krüger, Mme Galissot, Pasteur William Lods, Pasteur Paul Engel, M.M. Frédéric Randriamamonjy, Justin Ramasomanana, Ammi Rasoanindrainy et Gilbert Ranaivo; Rakoto Andrianambinintsoa-Manitriniaina et Andriamanamihaga Ranto Fenitra.